logo.png

Tête de la maye (2518 m)

    △ Ecrins, isère - france

- voie normale -

Mercredi 8 juillet 2020

Fiche technique

Tête_de_la_Maye.jpg

Journée de repos et de récupération dans notre semaine Bérardaise. Après avoir paressés au lit quelques temps au chalet alpin de la Bérarde, nous partons en direction du vallon des Étançons. L’envie de se dégourdir les jambes est bien présente. L’entrée du Parc des Écrins n’est qu’à quelques centaines de mètres de nous et en ce début d’été, les fleurs donnent aux alpages des airs de kaléidoscope. Dans cette nature généreuse et préservée, chaque pas permet de se ressourcer. Au détour d’un chemin, le vallon de Bonne Pierre nous invite à remonter notre regard en direction du col des Écrins et de la face Ouest du Dôme du même nom d’où héberge seulement une petite pointe blanche qui reflète la lumière l’astre solaire comme le phare dans la nuit. Tout autour de nous, des champs de fleurs à ne plus ou savoir donner de la tête. Asters, doronics, gentianes ou autre lys martagon que l’on trouve à profusion dans ce coin du parc. Avec Isabelle, Philippe et Jean-Pierre, nous n’en avons jamais vu autant.
 

Vallon de Bonne Pierre (Ecrins - France)

Le vallon de Bonne Pierre

Grande aiguille de la Bérarde (Ecrins - France)

Grande aiguille de la bérarde

IMG_7262.jpeg

dôme des ecrins (4015 m)

Après une pause méridienne consistante, nous décidons de partir découvrir les pentes de la Tête de la Maye, ce sommet totémique dominant impérieusement le hameau de la Bérarde. C’est également un magnifique belvédère sur le massif des Écrins. Du sommet, la vue porte sur un grand nombre de cimes renommées, en particulier la face Sud de la Meije, ce qui n’est pas sans  susciter notre intérêt. Par ailleurs, l’ascension est réputée ludique avec des enchaînements réguliers de passages câblés afin de surmonter quelques dièdres ou autres vires.

Le début de la voie se fait quelques mètres avant le pont surmontant le torrent des Étançons. La pente relativement soutenue permet de prendre très rapidement de la hauteur, d’autant que nous menons un rythme élevé. L’itinéraire serpente plusieurs fois afin de contourner un éperon rocheux. Le vide est souvent présent et nous nous faisons la réflexion que cette randonnée bien que présentant un grands nombres de caractéristiques pour initier des enfants à une montagne plus exigeante et néanmoins ludique, doit nécessiter une attention particulière de la part des adultes afin d’enrayer une éventuelle chute de leur part.
Après être passé à l’antécime, on gagne rapidement le sommet de la Tête de la Maye (2518m) où le vaste panorama tant attendu, est à la hauteur des espérances. Une très belle table d’orientation  au plateau de faïence agrémente et facilite notre lecture du paysage.
Une très belle sortie, bien souvent mise en avant fort justement.

La chapelle de la Bérarde

La chapelle de la bérarde

Contact

© 2012-2020 La Terre vue des Cimes. Tous droits réservés

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Vimeo Icon
  • White Pinterest Icon