La Source de la Loue

    △ Massif jurassien, Doubs - France

Lundi 28 octobre 2012

Sur les traces de Gustave Courbet...

   La Source de la Loue est l'un des sites privilégiés par le peintre Gustave Courbet, originaire du village d'Ornans, dans ses peintures de paysages francs-comtois. Cette source lui a inspiré quatorze toiles. Les différentes versions de ses œuvres, réalisées en partie entre 1863 et 1864 marquent la fascination du peintre pour les grottes et leur symbolique, présentent en nombre tout au long du cours de la Loue. Nous sommes donc partis sur les traces de cet immense artiste, quelques heures après les premières neiges précoces de l'hiver, par -5°C.





​    Après un petit détour vers Mouthier-Haute-Pierre afin d'admirer la Loue dans les gorges de Nouailles, je gare la voiture au parking de la buvette de la source de la Loue. Il fait froid, très froid en ce matin de fin du mois d'octobre. En ce jour, on comprend pourquoi on surnomme le Haut Doubs de petite Sibérie française !!! Bon certes on est encore très loin des -41° C du record de Mouthe en 1985, mais il fait tout de même un bon -5/-7° C sans compter l'ombre qui est encore très présente même si je parts tout de même vers 10h.



Je descends alors la route goudronnée qui mène à la résurgence de la Loue. Le site est très aménagé mais la majesté et la magie de ce lieu opère tout de suite sur moi. Je suis seul dans le froid dans un bruit assourdissant à contempler la naissance de la Loue.

La Loue a été aménagé par EDF afin de produire de l'hydroélectricité mais les lieux ne sont tout de même pas trop dégradés.

 

     lI faut alors reprendre la route en direction des gorges de Nouailles où s'écoule de manière mouvementée le cours de la Loue. Le parcours se déroule d'abord en forêt où j'assiste à des jeux de lumière entre ce beau soleil d'automne et la petite couche de flocons.

     ll faut rester concentré car le terrain est rendu glissant par la neige et l'eau qui suinte de toute part dans ces gorges. On croise tour à tour la cascade du Grand Saut, quelques rapides, la grotte de Nouailles... Un paysage emprunt de beaucoup de poésie. Il est vraiment très agréable de s'y promener.

J'emprunte alors une petite passerelle afin de rejoindre l'autre rive pour pouvoir remonter le cours du Pontet en direction de sa résurgence. La deuxième du jour en ce qui me concerne.



En apparence, le torrent ne semble pas avoir beaucoup de force. Cependant, en arrivant devant cette vaste caverne d'où émerge le Pontet, je suis subjugué par tant de puissance. Le lieu est vraiment magique, envoutant, alliant à la fois la force brute, primaire de la nature et la légèreté de l'eau. Cette source est une importante résurgence, pénétrable sur 90 mètres seulement. Elle s’ouvre par une grotte de 15 mètres de haut crée par l’éboulement de la falaise. A l’intérieur se trouve une cascade de 6 mètres de haut. En pénétrant dans ce vaste porche, je dois avouer que l'idée qu'une nouvelle pierre se détache m'a traversé longuement l'esprit...

Je laisse alors ce lieu emprunt d'une très grande pureté pour rejoindre quelques mètres plus hauts la légendaire grotte des faux monnayeurs à laquelle on accède après avoir emprunté une échelle métallique déconseillé aux personnes souffrants du vertige ou d'acrophobie.



     Quelques minutes plus tard, je retrouve la route menant à Mouthier-Haute-Pierre durant quelques instants avant de descendre en direction du village par un bon chemin forestier. Une fois à nouveau sur les bords de la Loue, je bifurque à proximité d'un pont pour me rendre aux pieds de la cascade de Syratu. Cette jolie cascade vaporeuse n'est pas visible depuis la Loue, il faut légèrement pénétrer en forêt pour cela. L'eau provient de la falaise de la Baume après un saut de 60m. Elle dévale en cascade les rochers avant de rejoindre la Loue en bas du village de Mouthier-Haute-Pierre, laissant au passage, sur la végétation, un dépôt calcaire qui, au fil des années, la pétrifie  et forme ainsi tuffières, grottes, bassins...



Je remonte le long du torrent plus ou moins facilement, en me tenant parfois aux branches des arbres, le terrain étant très glissant à cause de la neige et de l'humidité ambiante. En redescendant, j'en suis même quitte pour une petite glissade sur le postérieur... sans gravité cependant.



     Avec cette visite à la cascade de Syratu, j'en ai fini avec les jeux d'eau. Il me faut remonter jusqu'au Moine de la vallée (794m) après avoir traversé le village de Mouthier. J'en profite pour jeter un regard vers cette immense falaise qui domine la vallée de la Loue : la Roche de Hautepierre (881m). De mon côté, je vais monter sur le versant opposé. Je rencontre de plus en plus de neige dans la forêt de la Petite Roche avant de bifurquer en direction de la Grange carré pour rejoindre le belvédère du Moine.

Panorama depuis le belvédère du Moine de la Vallée (794m)

     Puis je longe la falaise en passant par un autre beau belvédère situé à l'aplomb des gorges de Nouailles : Renédale. Je redescends ensuite jusqu'au parking de la Source de la Loue duquel je retourne contempler encore quelques instants la magnificence de la résurgence de la Loue, avant de repartir vers Besançon, ravis de cette somptueuse randonnée.

Les gorges de Nouailles depuis le belvédère de Renédale

Contact

© 2012-2019 La Terre vue des Cimes. Tous droits réservés

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Vimeo Icon
  • White Pinterest Icon