Pointe d'Andey (1877m) 

    △ Aravis, Haute-Savoie -France

- en boucle depuis Prêlaz par la Torche, les Lanciers et les Rieutes  -

Vendredi 16 mai 2014

     Afin de profiter d'un bel après-midi ensoleillé, Benoît décide, après le boulot, d'aller parcourir les pentes d'un sommet qu'il contemple tous les jours depuis son lieu de travail à Saint-Pierre-en-Faucigny : la Pointe d'Andey.

Ce sommet marque le bord septentrional de la chaîne du Bargy (un des éléments constitutifs de celle des Bornes). Elle offre la possibilité de profiter d'un superbe panorama sur les différents sommets de la chaîne que sont le Pic du Jalouvre (2408 m), la Pointe Blanche (2438 m), la Pointe du Midi (2290 m) ou encore le Grand Bargy (2301 m), qui se détachent derrière la forme massive des Rochers de Lescahux. Le Mont-Blanc apparaît, souverain immaculé, en toile de fond.

     La Pointe d'Andey est facilement atteignable depuis le plateau de Solaison en venant depuis Brizon. Il faut simplement gravir un peu plus de 350 m d'une pente débonnaire pour l'atteindre. Le versant surplombant Bonneville et la basse vallée de l'Arve, n'est pas identique. Il s'agit d'une falaise abrupte, semblable à une proue de navire altière.

C'est par ce versant peu emprunté que j'ai décidé de le gravir en partant d'un petit hameau dépendant de la commune de St-Pierre : Prêlaz (1000 m environ) que l'on atteint par la route des vieux-Evaux.

Sur la carte IGN, un sentier est identifié par une ligen violette, semble permettre aisément cette randonnée.

Cependant, très rapidement après le départ, je me rend compte qu'il en est tout autre.

Le sentier qui n'est plus entretenu se perd dans les fourrés... je trouve alors une petite sente balisée en vert et jaune que je décide de suivre, me fiant à la direction qui semble être la bonne (Sud-Ouest). Quelques mètres plus loin, je croise un panneau indiquant "Pointe d'Andey". Ouf...

Au bout d'une vingtaine de minutes la pente se fait plus raide ; la piste se devine sous une importante couche de feuilles mortes de Hêtres. Le souffle se fait court alors que le sentier prend "dré dié l'pentu". On ne s'est pas embêté dans le secteur à tracer des virages ! La pente s’adoucit juste avant de parvenir à des ressauts rocheux que l'on les franchit par un passage raide équipé d'une main courante. Malheureusement pour moi, Monsieur Hiver est passé par là et un amoncellement d’arbres déracinés encombre le passage… Que faire ? Après plusieurs tentatives infructueuses, je parviens à escalader les troncs et à me hisser de l’autre côté. Je me dis cependant, qu’il ne faut vraiment pas que je repasse par ici à la descente. D’autant plus que le sol est vraiment rendu glissant par les averses des jours précédents.

Je rejoins  ensuite l'épaule de montagne qui descend du sommet d'Andey et sépare les communes de Saint-Pierre et du Petit-Bornand.

Après quelques instants passés dans la petite clairière de la Torche, j’arrive au chalet de l'Hirsson. Il s’agit d’un sympathique mazot où l’on  peut passer une nuit à l'abri dans 8m² de confort spartiate mais tout a fait appréciable en cas de mauvais temps.

 

J’attaque ensuite la deuxième partie de l’itinéraire avec encore  un chemin bien raide qui s'élève en forêt, et amène jusqu’à un croisement où l’on rencontre le sentier provenant des Lanciers et des Rieutes. Cela sera mon itinéraire de descente. Après une très légère descente, la zone traversée présente de moins en moins de sapins. Il me faut être prudent cependant, car le sentier est étroit et surtout très glissant. Il me faudra d’ailleurs de longues minutes pour franchir ce passage à flan de pente lors de la descente.

Un court passage sur la neige, et j’atteint le col permettant de basculer sur le plateau de Solaison.

Ce plateau est célèbre pour avoir accueilli des hommes il y a de cela plus de 2000 ans.

Il ne me reste alors plus qu’à rejoindre facilement le sommet (1877 m) où m’attend la Vierge d’Andey et un paysage, certes un peu nuageux mais tout de même somptueux (Haut-Giffre, chaîne du Bargy, Bornes, massif du Mont-Blanc, Môle, Léman…).

 

Le retour s’effectue par les Lanciers. Il me faut encore beaucoup de précaution pour ne pas glisser sur une sente détrempée et étroite. A mon plus grand étonnement, arrivé à la source des Planets, je retrouve un sentier (servant aujourd’hui au débardage) qui correspond à celui indiqué sur la carte topo. Cependant, il arrive un peu plus haut que le hameau de Prêlaz.

Une randonnée très sympa, mais qu’il ne faut pas réaliser avec des enfants.

Contact

© 2012-2019 La Terre vue des Cimes. Tous droits réservés

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Vimeo Icon
  • White Pinterest Icon