Madrès (2469 m)

    △ Massif du carlit (Pyrénées), 

Aude/Pyrénées-Orientales - France

Mardi 21 avril 2015

     Le Madrès constitue le plus haut sommet du département de l'Aude qui le partage avec son voisin des Pyrénées-Orientales. C'est un sommet massif, isolé à l'Est du massif du Capcir que l'on atteint après un long cheminement au creux de vallonnements depuis le col de Jau (1500 m). Son ascension est relativement aisée mais il convient de faire preuve d'un bon sens de l'orientation si vous souhaitez la réaliser alors que la neige est encore très présente, d'autant, que le "véritable" sommet n'est visible que dans la partie terminale de la randonnée.

 

   L'itinéraire depuis le col rejoint en 20 minutes environ le refuge de Callau. Ce dernier ne semble plus guère être en activité tant son état fait peine à voir.

Dans un premier temps, nous poursuivons sur une vaste piste menant à une carrière de talc. Après 1/4 d'heure de marche, nous laissons l'accès à l'exploitation à main gauche et pénétrons en forêt. Par deux fois, nous recroisons la piste avant de définitivement la quitter en progressant vers le vallon de la Castellane. Nous traversons cette dernière vers 1850 m où la neige commence à se faire plus présente. Pas de difficulté poiur progresser cependant. Le balisage jaune est encore bein visible mais progressivement, il laisse sa place à la neige... Il faut alors faire parler la science de l'orientation !

L'imposante aiguille du Salt del Bourro (2344 m)

C'est encore plus vrai après avoir atteint la cabane de la Balmette (2000 m). Ce petit orry est d'ailleurs encore tout encombré de neige et il ne serait pas d'un grand secours en cas de nécessité de bivouac par mauvais temps.

Nous tirons alors en direction du Salt del Bourro, magnifique monolithe de pierre dressant sa silouhette élancée devant la cime du Madrès.

Le vallon est paisible seulement rythmé par quelques "coups de cul" et une montée finale jusqu'à l'arête à plus de 30°.

Au sommet la vue est belle vers le Carlit, les Péric et les pistes des Angles.

 Le lac de Matemale revet progressivement sa tenue de printemps alors que le Canigou, bien drapé dans une écharpe de nuages, conserve encore sa belle robe blanche.

Quelques minutes au sommet puis nous reprenons la route du col avant que la neige n'est trop réchauffée.

Peu de temps après notre départ nous croisons les seuls randonneurs de la journée au pied de la petite pente à 30°.

Balmette, refuge et col... et hop, le toit de l'Aude est épinglé à notre liste. Une belle randonnée pour un sommet méconnu.

Le Canigou depuis Mosset

Contact

© 2012-2019 La Terre vue des Cimes. Tous droits réservés

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Vimeo Icon
  • White Pinterest Icon