Logo Bauges.png

Mont Colombier (2043 m)

    △ Bauges, Savoie - france

- en boucle par les chalets de la Fullie et le Muret -

Mardi 6 mai 2014

     Trois semaines après avoir échoué lors d’une première tentative d’ascension du Colombier, à cause d’une quantité de neige encore trop importante dans la combe à Cheval (situé sur le versant Aillon-le-Vieux), me voilà repartis en direction de l’un des plus hauts sommets des Bauges.

J’opte cette fois pour une boucle au départ du chalet de Pra-Gelaz (1200 m), que l’on atteint en passant par la route de la chartreuse d’Aillon.

Je mets vers 10h mon sac sur le dos et me voilà parti en direction des chalets de la Fullie et du col du même nom (1338 m). L’itinéraire se déroule dans un premier temps en forêt sur un terrain très gras. Puis une fois au col après 20 minutes de marche, le terrain est beaucoup plus sec. Même si le ciel reste laiteux, le paysage est toutefois très agréable avec une vue sur les principaux sommets des Bauges qui perdent peu à peu leurs vêtements d’hiver. Je retrouve alors le GR 96 «Tour des Bauges» que je suis presque jusqu’au col de la Cochette (1694 m). Au passage, je perds 25 minutes en me trompant de sentier peu après les chalets. En effet, je ne distingue pas bien le balisage «rouge et blanc» sur des arbres légèrement excentrés, ni la sente très peu marquée, et me dirige vers un beau chemin forestier... Comme quoi, il faut toujours être vigilant !!!

 

     Arrivé au col, je poursuis en direction des chalets de Rossane (1738 m) encore inexploités. Cela n’est certainement qu’une question de semaines. Quelques mètres plus haut, me voilà au col du Colombier (1799 m) d’où part un sentier bien marqué qui gravit l’arête ouest du mont Colombier. Le col est encore recouvert de neige, tout comme la face ouest. Je distingue d’ailleurs très bien la corniche sommitale encore bien marquée. Cela ne représente cependant aucun danger puisque l’itinéraire est bien dégagé. Après avoir jeté un regard en direction de la Dent de Rossanaz (1891 m) et me voilà parti pour la montée finale. Cette dernière n’est pas particulièrement difficile, elle nécessite cependant de la vigilance avec un passage nécessitant de poser les mains.

 

Au sommet (2043 m), je profite d’une belle vue sur les sommets des Bauges (Dent d’Arclusaz, Trélod, Pécloz...) les Aravis (je jette d’ailleurs un regard tout particulier vers la Tournette prévu dans les toutes prochaines semaines), le massif du Mont-Blanc, les sommets de la Vanoise et Belledonne.

 

Après avoir déjeuner au pied de la croix, j’opte pour une descente via l’arête sud. Elle permet de rejoindre directement le col de la Cochette. La descente nécessite de regarder où l’on met les pieds du fait de la présence de plaques de neige et de pierres pouvant rouler sous les pieds, mais ne présente pas de difficulté pour qui a l’habitude de la montagne.

Quelques minutes après avoir repassé le col, le bifurque pour poursuivre ma descente en suivant le GR96. Arrivé au Bois de St Bruno, j’emprunte une piste forestière qui me ramène au petit parking du Muret (1180 m), d’où je rejoins la voiture en marchant environ 2 kilomètres sur la route.

Contact

© 2012-2019 La Terre vue des Cimes. Tous droits réservés

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Vimeo Icon
  • White Pinterest Icon